Now Reading:
Goma : Les jeunes appelés à l’engagement civique par l’asbl génération épanoui
Full Article 3 minutes read

Goma : Les jeunes appelés à l’engagement civique par l’asbl génération épanoui

Cet appel émane d’un des jeunes de la ville de Goma, à l’issu des actes de vandalisme affichés par ses paires pendant les différentes manifestations et journées villes mortes observées ces derniers jours dans la Province du Nord-Kivu.

‘’Les jeunes doivent bien mener leur démarche de plaidoyer lorsqu’il s’agit d’un ça ne va pas dans la société’’ dixit John Makanda. Ce jeune passionné du civisme et membre de la génération épanoui, une organisation qui vise l’épanouissement et l’autopromotion des jeunes, pense que la jeunesse ne devrait pas se faire violence. Elle doit plutôt envisager des actions responsables visant un changement. Ceci après l’analyse du problème.

« Quand on vise un résultat meilleur, on ne s’en donne pas à des actions violentes notamment la destruction des infrastructures d’utilité publique. Les jeunes doivent poser des actes qui sèment le développement dans la communauté et non de vandalisme » a fait savoir John Makanda.

Ce dernier estime que la désinformation et l’intoxication serait à la base de l’incivisme observé aux jeunes désœuvrés, un défi majeur qui enfreint le développement. « Les jeunes doivent se réunir et étudier le nœud du problème avant d’agir de façon responsable, pour envisager des solutions efficaces » a-t-il ajouté.

Pour sa part Vicar Batundi, acteur de la société civile pense que la journée ville morte consiste d’appeler la population à stopper toutes les activités sur l’ensemble de la zone concernée. Le premier vice-président de la société civile ville de Goma déplore cependant la transformation des journées villes mortes en troubles extrêmement violents.

« Le fait de transformer une journée ville morte en manifestation vient souvent des personnes mal intentionnées ne faisant pas partie des associés que nous société civile. Surtout que nous avons des nouvelles infrastructures notamment les infrastructures routières que nous avons obtenues après beaucoup de pressions. Donc on n’a pas d’intérêt qu’on puisse voir encore ces mêmes infrastructures être détruites » a souligné Vicar Batundi.

Rappelons qu’il s’observe depuis le début de ce mois de décembre, des journées villes mortes transformées aux échauffourées entre les jeunes et la police, causant ainsi d’énormes dégâts tant matériels qu’humains. Ceci pour protester contre l’insécurité grandissante dans la province du Nord-Kivu, particulièrement à Goma, devenu un abattoir humain. La couche cible d’exécution de ces différentes manifestations étant la jeunesse, est appelée d’agir en bon sens. Cela pour garantir la citoyenneté responsable.

David MAHAMBA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.