Now Reading:
RDC : Discours du chef de l’Etat : Pas d’allusion à son avenir politique, encore moins au troisième mandat
Full Article 2 minutes read

RDC : Discours du chef de l’Etat : Pas d’allusion à son avenir politique, encore moins au troisième mandat

 

 

A moins d’une semaine du dépôt des candidatures à la présidentielle en RDC, le chef de l’Etat a répondu dans son discours très attendu à la nation par un silence total sur son avenir politique. Agé de 47 ans et 17 ans au pouvoir, Joseph KABILA a réaffirmé par contre la volonté d’organiser les élections en décembre 2018, sans faire allusion à son avenir politique encore moins à son troisième mandat.

 Le chef de l’Etat a prononcé son discours ce jeudi 19 juillet 2018 devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès où il a dressé un bilan largement positif de ses 17 ans passés au pouvoir et d’affirmer avoir trouvé un pays « voué à une disparition programmé mais qui est devenu grâce aux efforts conjugués le centre de toutes convoitises et intrigues diplomatiques, voire des complots sordides ». Joseph KABILA s’est également attaqué à ceux qui le contestent et qui ne voient que ce qui reste à faire, en revenant sur la réunification du pays, le cadre macroéconomique, la sécurité et la défense du pays, etc.

Quelques réactions :

Lambert Mende, membre influent de la majorité présidentielle et porte-parole du gouvernement, s’est dit satisfait de la communication du président Joseph KABILA.

Pour le conseiller de Moise KATUMBI, monsieur Francis KALOMBO, estime que le discours du Président Joseph Kabila devant le Parlement réuni en Congrès est un discours creux. Selon lui, le chef de l’Etat n’a répondu à aucune préoccupation de la population congolaise en donnant l’impression de quelqu’un qui ne vit pas au Congo.

Le Comité laïc de coordination (CLC), lui, se dit totalement déçu de ce discours : « C’est du déjà entendu ! Rien de nouveau, un bilan d’autosatisfaction qui contraste avec le quotidien du Congolais moyen, pense Jonas Tshiombela, porte-parole du CLC. Nous avons l’impression que le chef de l’Etat, est déconnecté du vécu au quotidien de ses compatriotes. Il vient là de rater une bonne opportunité de faire baisser la tension. Nous attendions du chef de l’Etat de fixer l’opinion sur son mandat, ce qui n’a pas été le cas. »

Input your search keywords and press Enter.